Le lien entre cancer du poumon et tabac est très fort. En effet, les études ont démontré que 90 % des cas de cancer du poumon sont liés au tabagisme actif, et 5 % au tabagisme passif. Plus on a commencé jeune et plus la consommation est importante, plus le risque est élevé.(2g)

Lorsque l’on fume, les goudrons viennent tapisser les parois des bronches et des poumons. Parmi les plus cancérigènes, on trouve les hydrocarbures aromatiques polycycliques et nitrosamines qui amènent la transformation d'une cellule bronchique normale en une cellule cancéreuse. En se divisant, cette dernière produit une tumeur qui se développe dans le thorax et peut donner des métastases à distance.

Le cancer du poumon est traité par chirurgie, chimiothérapie et/ou radiothérapie. Seules 15 % des personnes atteintes d'un cancer du poumon survivent 5 ans après son diagnostic. Plusieurs symptômes peuvent annoncer l’existence d’un cancer du poumon(4d) :

  • le rejet de sang au cours de la toux 
  • une toux qui persiste et s’aggrave 
  • des bronchites et pneumonies fréquentes 
  • une douleur thoracique 
  • une modification de la voix 
  • un amaigrissement

Peu importe le nombre d’années de tabagisme, il n’est jamais trop tard pour vous libérer de la cigarette. En arrêtant de fumer, le risque de cancer du poumon diminue quasiment de moitié en 5 ans, tandis que l’espérance de vie redevient identique à celle d’une personne n’ayant jamais fumé au bout de 10 à 15 années et le risque de récidive se réduit.(2j)

Même lorsque le cancer du poumon est déjà déclaré, arrêter de fumer est bénéfique ! Si l'on considère les personnes atteintes d'un cancer du poumon diagnostiquées à un stade précoce, le taux de survie à 5 ans est de 33 % chez les sujets ayant continué à fumer, contre 70 % pour ceux qui ont arrêté.(25)

Sur le même sujet :