Le tabagisme fait artificiellement baisser le poids des fumeurs en diminuant l'appétit et en accélérant le métabolisme, donc la consommation d'énergie. À l'arrêt du tabac, ces deux effets disparaissent et l'ex-fumeur retrouve le  poids qu’il aurait dû avoir s’il n’avait pas fumé soit 2 à 4 kg plus élevé. Néanmoins, on constate qu’un tiers des fumeurs arrête le tabac sans grossir.(3)

Pendant le premier mois suivant l’arrêt du tabac, une augmentation de l’appétit peut survenir, mais ce phénomène est momentané. Les substituts nicotiniques, en soulageant les symptômes de manque, permettent ainsi de prévenir le grignotage et donc la prise de poids. Grossir n’est donc pas une fatalité dans votre démarche d’arrêt du tabac !(3)

Sur le même sujet :